Monday, January 15, 2007

Wired

Les jours de l’an sont généralement faits pour aller voir ses copains jouer à l’Etincelle ou boire et manger (beaucoup) plus que d’accoutumée en dispensant des idées plus saugrenues que jamais.

Après un long temps d’hésitation, j’ai finalement opté pour la seconde solution.

S’il y a 2 ans, c’était la collection de citrouilles familiale de la belle maman de Stef Bouldu qui n’avait pas résisté à notre esprit revêche resté on ne peut plus joueur, cette année c’est le malheureux sapin de Noël de Ben et Caro qui dut subir nos affres juvéniles et un sort similaires aux dites citrouilles. Toutefois sa longue et triste agonie en ce début d’année, n’aura pas été totalement vaine et inutile car elle nous donna une inspiration créative hors norme pour conceptualiser la pochette du prochain album de Kimmo (A enregistrer sous peu…), et lui permettre ainsi de passer à la postérité.

2 clichés de qualité ont été retenus, mais on hésite encore entre une version sobre au dépouillement donnant un esthétisme extrême assez proche de ce que peut faire Jacob Bannon de Converge avec les pochettes de son propre groupe et permettre ainsi à Kimmo de rejoindre la team Deathwish, au sein de laquelle ils ne dépareilleraient pas un seul instant (Et moi de voir mon indéniable talent de photographe encore sous estimé reconnu à un échelon international !)...

Mieux que de longs discours, en voici la preuve en image vous montrant le caractère on ne peut plus extrême de la chose, âmes sensibles s’abstenir…

Kimmo – Visuel Deathwish Records - 01/01/2007

Ou alors, sa version plus " stylée " (voir édulcorée) avec cadrage loupé et adjonction de l’inévitable Converse sur jeans retroussés (Pour la touche émo punk) dans un esprit assez proche des grands classiques Slowdime / Dischord capable de faire pâlir de jalousie Jason Farrel !

Kimmo – Visuel Dischord - 01/01/2007


Comme vous pouvez le constater le choix est on ne peut plus cornélien et l’on se tâte encore un peu entre ces 2 options tant une prise de position hâtive et irréfléchie pourrait s’avérer complètement dommageable pour le devenir du groupe, qui plus est à la veille d’une première tournée hexagonale à venir sous peu en compagnie de No Nebraska commençant par une inévitable date de départ au Saphir 21 le 09 février prochain (avec Use Of Procedure armés de leur premier album dont la sortie est prévue pour cette même date, mais dont je n’ai malheureusement pas conçu le visuel)…


Il n’y avait pas grand monde pour le concert de Raw Power hier au Batofar (A peine une petite cinquantaine de personnes…). Il faut dire que la présence d’un seul membre d’origine (Non des moindres toutefois, en la présence de Mauro son chanteur qui fit en son temps toute la singularité du groupe) pouvait laisser planer énormément de scepticisme quant à l’intérêt et la légitimité de la chose…

Bien que parti avec des a priori assez négatifs, je fus plus qu’agréablement surpris par le résultat final, tant par le groupe en lui même que par une set-list de choix qui sut faire mouche en réunissant d’entrée de jeu tout ce que l’on pouvait rêver en termes de classiques… De " Raw power " qui ouvrit leur set, à " Hate " en passant bien sur par " State oppression ", " Police, police ", " Nihilist ", " You are the victim ", " Joe’s the best ", " Burning the factory ", " My boss " ou " Army ", (Avec pour seul absent de choix " We’re all gonna die "), tous les ingrédients étaient réunis pour en faire un bon concert.


Par contre, ce fut troublant de voir à la fois aussi peu de gens, et autant de personnes que je n’avais pas revues (Ou avec lesquelles je n’avais pas discuté, c’est selon…) depuis près de 15, 17, voir 20 ans…


Ça faisait quand même très " Time capsule ", et l’espèce de HxC crossover distillé juste avant eux par les germano américain de Scheisse Minelli (Rappelant à s’y méprendre tous ces groupes ayant fait mon bonheur 20 ans en arrière, de Excel à Sixty Nine en passant par Cryptic Slaughter, Mucky Pop, Nomed et les débuts de Beowulf sur Suicidal Records, mais totalement passés de mode depuis pratiquement aussi longuement…), n’aura fait que renforcer cette étrange impression de me retrouver une nouvelle fois balancé dans le passé sans arriver à en sortir.


Et allez savoir pourquoi, ça ne me fait pas la même chose lorsque je réécoute de vieux groupes HxC datant de 79 à 84. A croire que certains groupes vieillissent beaucoup mieux que d’autres, ou que l’arrivée du métal dans ce style aura fait beaucoup plus de dommages collatéraux que l’on ne saurait l’imaginer…


Horrorshow Destruction du Havre qui jouèrent en second, surent toutefois faire la différence, et je fus plus qu’agréablement surpris par la teneur de leur set armé de compos arrivant à mélanger un côté moderne dans une formule de HxC classique sans la dénaturer pour autant en jouant tout à l’énergie, un peu à la manière de The Bronx sur leur premier album, voir The Drips.


Comme un benêt, je n’ai pris que des photos de Raw Power dont voici quelques unes assez représentatives du concert tout en restant fidèle à la ligne artistique (qui a dit conceptuelle ?) évoquée en début de post...

Raw PowerLe Batofar – 14/01/2007

(Celle-ci aurait du servir de pochette pour la pochette de l’album des Customers, mais elle fut refusée et ce fut une des raisons de notre split pour divergences artistiques, et qu’en lieu d’album vous n’aurez le droit qu’à une 3ème démo CDR !)

Raw PowerLe Batofar – 14/01/2007

(Celle-ci plaisait mieux mais avait malheureusement déjà été retenue pour faire la couverture du prochain Punk Rawk avec un long dossier sur les motivations qui poussaient les gens à continuer à aller aux concerts après autant d’années, ainsi qu’à faire des groupes…)


Allez, une plus sérieuse et moins artistique…

Raw PowerLe Batofar – 14/01/2007

(Ça s’est le fameux Mauro chanteur d’origine qui n’a quasiment pas bougé d’un poil depuis 25 ans que le groupe s’est formé. A croire que le HxC conserve bien !)


Mon ami Malek sut également faire mon bonheur hier soir en me remettant un CD de choix réunissant la session complète enregistrée par Jerry’s Kids pour la compil " This is Boston not LA " avec de nombreux inédits du même calibre que le reste (Sincèrement, il y a de quoi se rouler par terre de bonheur tant c’est indiscutablement ce qu’ils ont enregistré de mieux !), 2 titres inédits de Siege visiblement tirés des mêmes sessions que celles de " Cleanse the bacteria " (Là aussi du pur bonheur !), et énorme surprise, l’album de reformation de State " All wrong " (Et pourtant je suis généralement très réticent à écouter ces groupes qui reviennent comme ça après 20 ans d’absence…) sorti il y a peu sur Underestimated records.


Force est de reconnaître que j’ai rarement pris une telle claque par un groupe se reformant après aussi longtemps. Cet album est du même tonneau que leur fantastique EP " No illusion " sorti en 83 au point que l’on pourrait croire que ces bandes ont été enregistrées un an plus tard ! C’est ce disque qui aurait du sortir à la place de leur mièvre " False power " qui ne rendit vraiment pas justice au groupe au moment de sa sortie en 87, et les amena d’ailleurs à splitter peu après.

Pour le fun, je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil sur leur site, vous verrez qu’eux aussi n’ont pas trop mal vieilli (En dehors de leur guitariste qui affiche un certain mauvais gout vestimentaire prononcé, je vous l’accorde !), d’autant qu’une démo datant de 84 y est également en ligne sur laquelle on retrouve d’ailleurs des morceaux de leur premier LP dans des versions beaucoup plus intéressantes.


Ça se passe ici : http://www.statenoillusions.com/


Bon allez, je retourne me réécouter une nouvelle fois ce putain de CD histoire de me donner du cœur à l’ouvrage pour boucler l’artwork de notre 3ème démo (Qui devait initialement s’appeler " No time to waste " et du coup réintitulée " Shut up ! (We’re dead !) " histoire de couper court à tout équivoque !) qui sortira pour notre dernier concert le 26 janvier prochain à La Miroiterie (Plus d’info sur http://arrachetoiunoeil.free.fr/ d’ailleurs vous pourrez constater que l’on est le seul groupe à ne pas avoir de site internet, ce qui quelque part est bien classe !), soit dans une petite dizaine de jours…


Soundtrack : Jerry’s Kids " Uncontrollable " / " Wired " / Siege " Two faced / Trained to kill" / State " All wrong " (Ouais, ça tourne à l’obsession, avec en prime une excellente reprise de Discharge qui a le mérite de faire preuve d’un peu d’originalité dans les arrangements pour une fois !)

4 comments:

Le Jus de la Mort said...

La version Sapin de Noël-Dischord avec cadrage foiré et Converse est... euh... "plus mieux" :-)

Luc at tomorrow said...

Je vois que j'ai bien fait d'insister auprès du père Malek pour qu'il écoute le nouveau LP de STATE ! Un de mes albums préférés de 2006... et l'année a été riche en excellents disques ! (et j'ai pourtant pas beaucoup d'estime pour tous ces groupes qui se reforment)

roulio said...

sympa la revue de concert!

et meme pour les petits compliments, ca fait plaisir!

a une prochaine fois...
ciao

Anonymous said...

Hello
soft for windows software,news driver ,games
http://italiagame.org

Bye